L’innovation en 2012 par les grands groupes en France

inpi

Dans un document publié en avril 2013, l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a rendu public le classement des entreprises les plus innovantes en France. Pour l’établir, il s’est basé sur le nombre de brevets déposés par chaque société au cours de l’année 2012.

1/ Le constructeur automobile PSA Peugot Citroën arrive à la première place du classement grâce au dépôt de 1347 brevets en 2012. L’INPI considère que ce chiffre traduit des « changements de stratégie de propriété intellectuelle » puisque malgré la crise que connaît l’entreprise, elle a réalisé 110 demandes de plus par rapport à l’année 2011.

2/ Le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) arrive en seconde position avec 566 brevets publiés.

3/ Le groupe industriel et technologique Safran, spécialisé dans l’aéronautique, la défense et la sécurité, a déposé 556 brevets en 2012, ce qui le hisse à la troisième place du classement de l’INPI.

4/ Le groupe de produits cosmétiques L’Oréal ne parvient pas à monter sur le podium des entreprises innovantes malgré ses quelques 459 brevets enregistrés.

5/ Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) arrive en cinquième position pour avoir déposé 414 brevets au cours de l’année 2012.

6/ Avec 393 brevets, Valeo, groupe qui conçoit, fabrique et vend des composants, des systèmes intégrés et des modules pour l’industrie automobile, se positionne à la sixième place du classement.

7/ EADS, groupe industriel du secteur aéronautique et spatial, a déposé 377 brevets en 2012 et hérite donc de la septième place.

8/ Le constructeur automobile Renault et ses 341 brevets arrive en huitième position.

9/ La marque d’électroménager Bosch a publié 334 brevets à l’INPI.

10/ General Electric ferme les rangs du top 10 avec 275 brevets publiés. Il fait ainsi une ascension fulgurante dans le classement puisqu’en 2011 il n’arrivait qu’au 47e rang du classement avec 27 demandes publiées.

 Ce classement permet à l’INPI de mettre en évidence « la progression des organismes de recherche » dans la course à l’innovation.