Penser l’innovation au-delà de l’investissement dans la R&D

Le soutien à l’innovation a tendance à être trop souvent assimilé à l’investissement dans la Recherche & le Développement (R&D). Si cette dernière joue un rôle clé, il est important de penser l’innovation dans une perspective industrielle et commerciale.

 pic1

Pourquoi ?

Une étude du Cleantech Group et de la World Wide Foundation a classé les pays selon leur degré d’innovation sur les cleantech en 2012

  • la France est 7e pour générer des sources d’innovation (dépenses R&D, infrastructures),
  • la France est 16e pour faire émerger l’innovation (brevets), 
  • la France est 31e pour commercialiser l’innovation (startup), 

La France se situe dans le top 10 des pays qui investissent le plus dans l’innovation mais son implication diminue au fur et à mesure du transfert de la recherche à l’innovation puis de l’innovation à la commercialisation.

Lorsque l’innovation rencontre le marché

Parce qu’une innovation ne prend réellement son sens que lorsqu’elle rencontre un marché, les investissements liés au succès commercial sont inhérents au processus d’innovation. L’innovation doit donc être mise en perspective et intégrer dans son processus de développement, des logiques de production et de commercialisation comme son marketing, design et autres services associés.

Si l’innovation née de la recherche, sa finalité est probablement sa commercialisation, c’est-à-dire son appropriation par le marché. Comme le précise le rapport « L’Innovation : un enjeu majeur pour la France. Dynamiser la croissance des entreprises innovantes » rendu public en avril dernier, « Seul le développement économique des entreprises innovantes est à même de générer de la croissance et des emplois : les politiques publiques doivent mobiliser l’ensemble des outils disponibles pour que l’innovation se convertisse en points de PIB ».

ZOOM sur : Innover par le design

Le 7 avril 2009, la commission européenne publie le rapport : « Design as a driver of user-centered innovation » et souligne le lien intrinsèque entre design, innovation et succès de cette dernière.

Ainsi, les entreprises ayant intégré le design dans leur recherche de création de valeur développent 2 fois plus d’innovations ainsi que de fortes retombées économiques : 32% des entreprises suédoises considèrent que le design a un impact majeur sur les ventes; plus de 40% en Espagne et Grande-Bretagne, et 66% en Norvège.

Si le design est l’aspect esthétique de l’innovation (que l’on peut considérer ici comme produit mais peut-être également de service), le design peut également se référer à des caractéristiques :

  • utilitaires (fonctions, matériaux…) directement associées à l’efficacité, la fiabilité et la sécurité
  • kinesthésiques (manipulation) directement associées à l’interface et l’interaction donc directement à son utilisation

Le design est alors pensé comme une méthode de conception de l’innovation et non plus seulement de matérialisation de l’innovation. Dans cette conception, le design s’associe à la perspective méthodique de l’ingénierie et celle analytique du marketing pour s’intégrer en amont du processus de recherche et de développement de l’innovation.