Vous avez dit Fab Lab ?

Fabriquer son prototype ? Réparer son ordinateur ? Designer un meuble pour son bureau ? Plus besoin d’être ingénieur informaticien, toutes les machines sont mises à disposition dans des Fab Labs ! Mais de quoi s’agit-il ? Comment sont-ils organisés ? Qu’y trouve-t-on ?

FabLab2

 

1) Qu’est ce qu’un Fab Lab ?

Un Fab Lab (abréviation de Fabrication laboratory) est une plate-forme ouverte de création et de prototypage d’objets physiques, « intelligents » ou non. Il s’adresse aux entrepreneurs qui veulent passer plus vite du concept au prototype ; aux designers et aux artistes ; aux étudiants désireux d’expérimenter et d’enrichir leurs connaissances pratiques en électronique, en CFAO, en design ; aux bricoleurs du XXIe siècle…

 

2) Comment s’organisent-ils ?

Créés il y a une dizaine d’années au Massachusetts Institute of Technology (MIT) par Neil Gershenfeld, un professeur de physique qui proposait un cours de prototypage rapide intitulé «comment fabriquer (à peu près) n’importe quoi», les Fab Labs sont les ateliers de fabrication communautaires de l’ère numérique. Leur objectif ? Donner à ceux qui ne sont ni ingénieurs, ni designers, ni même geeks les moyens de fabriquer toutes sortes d’objets manufacturés comme à l’usine. Et ce, en mettant gratuitement à leur disposition le savoir, les procédés et la technologie nécessaires.

L’idéologie des Fab Labs est de transposer au vieux monde industriel la philosophie ouverte et collaborative du logiciel libre. Un Fab Lab « type » regroupe un ensemble de machines à commande numérique de niveau professionnel : une machine à découpe laser capable de produire des structure en 2D et 3D, une machine à sérigraphie qui fabrique des antennes et des circuits flexibles, une fraiseuse à haute résolution pour fabriquer des circuits imprimés et des moules, une autre plus importante pour créer des pièces volumineuses. On y trouve également des composants électroniques standards, ainsi que des outils de programmation associés à des microcontrôleurs ouverts, peu coûteux et performants. L’ensemble de ces dispositifs est contrôlé à l’aide de logiciels communs de conception et fabrication assistés par ordinateur. D’autres équipements plus avancés, tels que des imprimantes 3D commencent également à équiper certains Fab Labs.

 

3) Quels usages ?

Mais à quoi servent concrètement ces Fab Labs ? Plusieurs usages ont déjà été observés à travers le monde.

 

Apprendre ensemble

La dimension éducative par l’action est gravée dans le marbre de la charte des Fab Labs : apprendre ensemble et acquérir les compétences grâce aux membres de la communauté. Le rôle des Fab Labs manager est de vous aiguiller vers les personnes-ressources. Des programmes comme FabLab@School introduisent cette vision de l’apprentissage au sein des écoles comme au centre de sciences de Grenoble où des ateliers grand public sont organisés.

 

Faire son prototype

Grâce aux machines en partage, il est possible de réaliser un prototype de projet pour vérifier entre autre si une idée est viable. A Artilect, un Fab Lab pionnier installé à Toulouse, de jeunes ingénieurs ont développé une première version d’un robot maraîcher baptisé Naïo.

 

Réparer plutôt qu’acheter

Si les Fab Labs offrent la possibilité de créer des choses, ils permettent aussi de réparer des objets cassés ou de les améliorer comme fabriquer une pièce cassée qui n’est plus disponible en service après-vente.

 

Répondre à des besoins rares

En Norvège, un berger a créé des colliers émetteurs pour suivre ses troupeaux de rennes. Les pâturages du cercle polaire étant délaissés par les opérateurs de télécommunication, le berger a, grâce au Fab Lab, construit l’infrastructure dont il avait besoin.

 

Créer du lien social

Les Fab Labs sont des lieux de rencontres et d’échanges. A Biarne, dans le Jura, le premier Fab Lab rural français, a permis de re-créer du lien entre les 350 habitants autour d’ateliers de formation au numérique. En Ile-de-France, dans le Fac Lab (Fab Lab de l’université de Cergy-Pontoise), des échanges de savoir-faire ont lieu comme cette couturière qui a appris à se servir de la découpe laser pour faire une petite série de pochettes en échange de son soutien apporté à la communauté.

 

4) Un réseau de Fab Labs mondial

Suite à la création du premier Fab Lab à Boston, ont émergé d’autres petits centres de production connectés et équipés de diverses machines pilotées par ordinateurs. On en trouve aux États-Unis en en Europe, mais aussi en Afrique (Ghana, Kenya, Afrique du Sud), au Costa Rica ou en Afghanistan. On y produit des colliers émetteurs pour les troupeaux de rennes norvégiens, des pompes à eau, des turbines à vapeur, des instruments agricoles, des antennes paraboliques à haut niveau de gain…

Encore marginal en France, le mouvement commence à essaimer : il existe cinq Fabs Labs sur le territoire national ayant déjà reçu l’agrément du MIT.