Les SATT – Sociétés d’accélération du transfert de technologies au service de la valorisation de l’innovation en France

Développer et favoriser la croissance de la France passe par la valorisation de la recherche. Pour ce faire, l’Etat a mis en place un programme dédié dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. Il regroupe les Instituts de Recherche Technologique, les Instituts Carnot, France Brevets et le Fonds national de valorisation, lui-même basé sur la création des Sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT) et des Consortiums de Valorisation Thématiques (CVT). L’ensemble de ces actions permet de consolider et d’améliorer la valorisation de la recherche française au profit des activités économiques.

SATT_corpus

 

Situées au carrefour du  monde de la recherche et des entreprises, les SATT sont des structures de droit privé (SAS). Elles regroupent des équipes de valorisation de sites universitaires, dans une perspective de simplification et de création de valeur. Elles visent à faciliter le transfert technologique des résultats de la recherche publique vers l’industrie.

Pour cela, elles ont une double mission :

  • financer les phases de maturation de projets issus de la recherche publique ;
  • assurer une prestation de services de valorisation principalement au profit de leurs actionnaires locaux (détection des innovations valorisables, gestion et commercialisation de la propriété intellectuelle, veille, etc.).

Leur principale activité est donc d’investir dans des projets de maturation d’inventions et de preuve de concept pour créer de la valeur et des emplois dans des entreprises, existantes ou nouvelles, qui vont exploiter ces mêmes innovations.

900 M€ sont consacrés au soutien à la création des SATTs. L’Etat, via le groupe Caisse des dépôts, détient 33 % du capital et des droits de vote des SATT. Le soutien est essentiellement consacré au financement de la maturation.

 

9 SATTs labellisées en 2011

En 2011, ce ne sont pas moins de 9 SATT qui ont été labellisées. Parmi celles-ci :

  • Connectus Alsace : en mobilisant une gouvernance ouverte sur les autres acteurs de l’écosystème d’innovation (pôles, incubateurs), dans le prolongement des partenariats établis depuis plusieurs années, la SATT Connectus Alsace offrira une contribution majeure dans le cadre de la stratégie régionale de l’innovation. 
  • Idf Innov : cette SATT a pour objectif de développer une démarche de valorisation respectueuse de la culture scientifique et de la spécificité de la recherche mais aussi soucieuse de son interaction avec le monde économique, le monde industriel et l’économie de la connaissance.
  • PACA-Corse : la SATT PACA-Corse réalisera la majorité de ses activités dans la maturation des projets, juridique (propriété intellectuelle), économique (marché) et technologique (preuve de concept) afin de transférer les technologies issues des laboratoires de recherche vers les entreprises au travers de la signature de licences ou de la création d’entreprises innovantes.
  • Nord de France Valo : en étroite collaboration avec les laboratoires de recherche académiques, la SATT Nord constitue une offre de technologies innovantes en vue d’un transfert vers le monde économique sur des thématiques prioritaires : Agro-Sciences environnement, Biologie et santé, Chimie-matériaux
  • Ouest Valo : la SATT -  Ouest valorisation a pour objectif de renforcer la création d’activités économiques à partir des résultats de la recherche issus des universités, écoles d’ingénieurs et CHU implantés sur les territoires des régions Bretagne et Pays de la Loire.

Les enjeux des SATTs

L’essentiel du territoire est ainsi doté de structures mutualisées de valorisation visibles et cohérentes. Ces structures sont destinées à renforcer la professionnalisation du transfert de technologies, offrir des prestations et moyens de maturation et de transfert technologique, à proximité des équipes de recherche et des entreprises.

Les enjeux à venir concernent principalement la création et l’installation des dernières SATT décidées et la montée en puissance de l’ensemble du dispositif. Ils portent également sur l’aptitude de ces structures à trouver leur place dans les écosystèmes locaux d’innovation autour de projets pertinents, en complémentarité avec d’autres acteurs comme les pôles de compétitivité, les incubateurs, etc.